Un mariage autrement : des idées pour une célébration écolo

Aujourd’hui,  je vous propose de réfléchir à une question existentielle : comment faire du plus beau jour de votre vie un événement inoubliable tout en limitant votre empreinte sur la planète ? Voyons ensemble ce à quoi il vous faudra veiller pour organiser un mariage écologique.

 

Le mariage, un gouffre écologique ?

 

Le mariage… tout un sujet et un monde à part entière, qui regorge de sources d’informations et d’idées, notamment sur la blogosphère. Les bride-to-be passent ainsi des heures, durant les longs mois de préparatifs qui précèdent le jour J, à fureter de blogs en blogs pour trouver de l’inspiration et dessiner au fur et à mesure le mariage qui leur ressemble.

Elles contemplent les photos de mariages célébrés au quatre coins du blog et en épinglent des centaines sur leurs murs d’inspiration… Elles rêvent en blanc, en champêtre, en bohème, en vintage… Elles réfléchissent aux couleurs, au style de la robe, aux alliances, au nombre d’invités…  Les idées se bousculent, les souhaits se précisent, les envies prennent forme.

C’est à ce moment précis que les brides-to-be-écolo devront revenir sur terre si elles ne veulent pas faire de leur mariage un gouffre écologique, et s’imposeront alors une ligne de conduite en phase avec leurs convictions.

Les eco-killers du mariage

(ou les trucs à bannir pour un mariage respectueux de la planète)

  • la vaisselle jetable
  • les serviettes en papier
  • la nourriture industrielle
  • le mariage “sous les cocotiers”
  • la robe de mariée et les accessoires “100% synthétique made in China”
  • les objets décoratifs en plastique, “les chinoiseries” achetés spécialement pour l’occasion
  • la déco en tout genre, aussi jolie soit elle, commandée sur Internet aux quatre coins de la planète
  • la liste de mariage pleine d’objets inutiles
  • le lâcher de ballons
  • le lâcher de lanternes
  • le jeter de confettis
  • le jeter de riz (très mauvais pour les oiseaux)
  • la lampe chauffante à gaz
  • la distance entre les différents lieux du mariage

 

Se déplacer et recevoir en mode “raisonné”

 

Un cadre naturel constituera le plus beau des écrins pour célébrer votre union placée sous le signe de l’écologie : mariage en plein air au fond des bois, dans un pré verdoyant, au bord d’un lac cristallin, dans une ferme biologique, le jardin familial ou un gîte rural, n’hésitez pas à pousser les portes des lieux qui ne sont pas nécessairement estampillés “mariage” et à faire marcher le bouche-à-oreille (que nous avons parfois tendance à négliger au profit d’Internet).

Une bonne manière de réduire votre empreinte carbone est de limiter les transports en choisissant un lieu de réception facilement accessible par la majorité des convives et en sélectionnant des prestataires de votre région. On oublie donc le mariage en Thaïlande ou au Maroc.

Dans la même perspective, veillez à ce que le lieu de réception ne soit pas trop éloigné de la mairie, et cantonnez-vous à un seul lieu pour l’organisation du vin d’honneur et de la soirée. Un cortège à pied est idéal : en plus d’être joli et écolo, il permet de créer des liens entre les convives. Choisissez le carrosse des mariés dans le même esprit : tandem, rosaline ou calèche apporteront une touche “d’écoriginalité”.

Pensez également à ceux qui viennent de plus loin : la proximité d’une gare ou d’un aéroport sera appréciable. Vous pourrez organiser un co-voiturage entre les convives, en utilisant des outils collaboratifs tels que Google Documents.

Essayez de trouver un lieu de réception qui offre également des solutions d’hébergement : le gîte en pleine nature est idéal car il permet généralement de combiner la possibilité de louer des chambres et, si la météo est clémente, de planter la tente. A défaut, vous veillerez à ce que des hébergements soient accessibles dans un rayon de 15km pour accueillir vos convives.

 

Manger et boire : du bon, du bio, du local

 

One Footprint On The World

Côté traiteur, préférez une entreprise locale à taille humaine aux mastodontes des mariages à la chaîne. Assurez-vous que ne soient servis que des produits frais et locaux. Certains traiteurs proposent des formules 100% bio, mais sachez que cela augmentera considérablement la note.

Pour désaltérer les palais assoiffés, vous pouvez offrir à vos convives limonade, orangeade ou citronnade maison, servies dans de grosses bonbonnes en verre, ou encore des sirops ou jus de fruits bio. Quant aux vins, privilégiez les petits producteurs locaux, de préférence convertis à l’agriculture biologique, et faites confiance à un caviste qui connaît bien son métier.

N’ayez pas de gêne à servir de l’eau du robinet (vérifiez tout de même qu’elle n’a pas le goût du chlore…). Dans de jolies carafes, cela sera du meilleur effet.

 

Se parer de ses atours les plus écologiques

 

one footprint on the world

Une robe de mariée coûte cher alors qu’elle ne sert qu’une journée, et il est tout à fait envisageable d’y donner une seconde vie. Les sites de petites annonces, comme Annonces dentelle ou encore Le Bon Coin, regorgent d’offres à des tarifs très avantageux. Il vous faudra trouver ensuite une bonne couturière pour prendre en charge les retouches.

Le marché de l’occasion est encore plus intéressant pour les accessoires : jupon, headband, gants, bijoux, voile.. rien ne se perd, tout se recycle ! Et cela sera aussi valable au lendemain de votre propre mariage : de quoi renflouer quelque peu les caisses du foyer après le grand événement !

Il est également possible de louer robe et accessoires, mais je suis plus sceptique par rapport à cette option qui ne permet ni de mettre à la taille ni de personnaliser ces éléments tout de même très importants d’un mariage, qu’il soit écologique ou non.

Deuxième option : la carte du créateur de robes de mariées écolo ou non, avec qui vous sélectionnerez les matériaux et suivrez chacune des étapes de la fabrication. Un gage de transparence et de personnalisation pour porter le jour J vos convictions en toute beauté. Une fois encore, faites marcher le bouche-à-oreille pour éviter les mauvaises surprises !

Cela vaut également pour vos alliances. A l’heure du choix, gardez à l’esprit que l’exploitation de l’or est un fléau sur les plans écologique et humain… sans parler des diamants. Évitez autant que possible les grandes chaines de joaillerie, ou pire encore, les boutiques en ligne proposant des bijoux à moindre coût, qui ne sont souvent que de pâles copies en provenance de Chine.

Certains recyclent alors la bague de mémé Germaine, d’autres écument les antiquaires à la recherche d’une alliance vintage. Vous pouvez également opter pour un créateur qui travaille de l’or équitable, tel que Paulette à Bicyclette, qui nous est recommandé chaudement par l’une de mes amies venant tout juste de se marier.

 

Faire preuve de créativité et recycler pour une décoration du plus bel effet

 

One footprint on the world

Des objets choisis avec goût et mis en scène avec une pointe d’originalité donneront le ton de votre mariage. La décoration est le poste sur lequel vous pouvez royalement vous éclater… laissez donc parler votre créativité, tout en gardant l’esprit écolo ! Découpez, pliez, collez, peignez… ou comment obtenir un effet « Wahou ! » avec peu de de choses !

Faites de la récupération : grenier familial, marchés aux puces ou sites de petites annonces regorgent d’objets à réutiliser ou à customiser. Un arrosoir en zinc en guise de vase, de vieux fauteuils pour votre coin photos, les napperons de mémé Germaine (encore elle !) à poser ça et là… de quoi jouer à fond la carte rétro !

Les objets du quotidien peuvent également devenir des substituts efficaces à des vases ou bougeoirs conventionnels : un pot de yaourt en verre habillé de ruban, de dentelle ou de masking tape accueillera une bougie, tandis qu’une boîte de conserve débarrassée de son étiquette et peinte se garnira de fleurs coupées.

En parlant de fleurs, approvisionnez-vous directement à la source : si votre mariage se déroule dans la campagne, la cueillette de fleurs des champs et de feuillages pourra s’avérer une activité très sympa pendant les préparatifs, et apportera la touche champêtre qui va bien.

Au lieu de dépenser des sommes folles pour les petits cadeaux aux invités, créez-les vous mêmes ! Broches en feutrine, biscuits maisons, petits pots de confiture, sachets de graines à semer… ou comment remercier de façon simple et personnalisée.

En panne d’inspiration ? La toile est une mine d’or pour la déco et vous y trouverez des idées à foison. Je ne m’étends donc pas plus sur ce sujet.

P0ur les tables, on pense à la location de nappes en tissu et de vaisselle, et on bannit tout ce qui est jetable (qui donne un côté cheap en plus de ne pas être écolo).

Et les faire-part alors ? Vous pouvez opter pour le 100% électronique par email… mais je trouve personnellement que cela manque un peu de charme. Pour le save-the-date, oui… mais pas pour THE faire-part officiel qui donne toutes les infos et qui trônera sur le buffet du salon de mémé Germaine (ah, sacrée mémé) des années durant. Celui-ci, on le choisira de préférence imprimé sur du papier recyclé, avec des encres végétales, ou carrément fait maison avec des matériaux naturels, et on veillera à son poids de façon à limiter l’empreinte carbone lors de l’envoi.

 

Gérer les déchets et recycler

 

Comme dans tout événement impliquant un nombre important de personnes, beaucoup de déchets vont être générés, malgré toutes les précautions prises… à vous de veiller à leur recyclage. A quand le mariage zéro déchets ?

 

Découvrez ma propre expérience du mariage à vocation écolo à travers le récit de mon joli jour.

A bientôt ! Et n’hésitez pas à me faire part de vos témoignages !

Meli Green Seed

Laissez une empreinte positive sur le monde... PARTAGEZ !Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Un Commentaire

  1. Merci Rose, contente que cet article te plaise et t’inspire.
    Pour ce qui est de l’article sur mon propre mariage, patience… 😉
    Bonne journée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *