Ce sont eux.

Ce sont eux qui sont tombés. Mais cela aurait pu être toi, nous, vous, moi. Toi mon frère, vous mes amis, toi que je n’ai pas vu depuis longtemps, ou elle ou lui. Et pourquoi ?

Une balle passe, un corps trépasse, une âme s’éteint. Pas celle-ci, mais celle-là. Et pourquoi ?

Mourir à 20, 30, 40 ou 50 ans en riant, en chantant, en dansant, en profitant de la vie avant qu’il ne soit trop tard, en refaisant un monde qu’on n’imaginait pas quitter si tôt, pas comme ça, pas ce soir-là… et pourquoi ?

Souffler des vies en une rafale, ouvrir des plaies qui ne seront jamais pansées, teinter nos cœurs de larmes. Et pourquoi ?

Ce sont eux qui ont fait ça. Au nom de qui, au nom de quoi ? Ça n’a pas de sens.

 

Hier soir, en relisant « L’étranger » d’Albert Camus, une phrase a retenu mon attention :

« On n’est jamais tout à fait malheureux ».

Il y a toujours une lumière qui brille quelque part au fond de soi, un espoir qui permet de refaire surface, le cœur lourd mais la tête haute, laissant place à une énergie nouvelle pour accomplir des choses incroyables.

 

Peace for Paris

 

Choquée, révoltée et immensément triste, je me sens si proche et si loin à la fois de ce qui vient de se passer. Depuis l’Afrique du Sud, j’ai eu l’envie de partager ce cliché d’un champ de cosmos, fleur symbole de l’innocence, en mémoire des victimes des attentats du 13 novembre 2015, et de toutes les autres, ailleurs dans le monde. Une façon pour moi d’exprimer également ma solidarité envers tous ceux qui sont affectés de près ou de loin par ces actes odieux.

Courage, en attendant la paix.

Meli Green Seed

 

Laissez une empreinte positive sur le monde... PARTAGEZ !Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *